les hommes et les femmes des vignobles andré lurton
Notre Entreprise
Rechercher un vin

Un évènement à fêter, un dîner entre amis ? Nous vous aidons à trouver l'accord parfait ...

Newsletter

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre newsletter

Le Saviez-vous ?
La décantation, utile ou non ?
décanter
Suivez-nous
   

Stéphane BARTHE

Stéphane Barthe

Responsable d'exploitation Château de Barbe Blanche

Né en 1969 au sein d’une famille de viticulteurs de l’Entre-Deux-Mers, il était difficile pour Stéphane Barthe d’échapper à son destin. Il suivit donc les pas de son père, propriétaire d’un domaine viticole non loin du Château Bonnet.  Un Brevet de Technicien Supérieur en  Viticulture-Œnologie en poche, il se lança à son tour dans la grande aventure viticole.

Métier et savoir-faire

Dans un premier temps localement, il s’initia à la vinification et à l’élevage des vins en Médoc, au suivi des vignes et des vins en Saint-Emilionnais, au métier de maître de chai en Entre-Deux-Mers…  

Puis désireux de découvrir d’autres horizons, plus lointains, sans toutefois s’éloigner du monde du vin, Stéphane partit exercer son métier à l’étranger pendant quelques années  En 1993, il s’expatria ainsi au Zimbabwe, et mit ses compétences de vinificateur au service des Cairns Wineries, sur le domaine de Mukuyu (Marondera) ; puis ce fut une nouvelle expérience en Chine où il fut amené à gérer un vignoble dans le Xinjiang et à en suivre la vinification, en collaboration avec la société Derenoncourt Consultants.

Riche de ces expériences, Stéphane reprend ensuite les rênes des 60 hectares que compte le vignoble familial.

En 2017, il intègre les Vignobles André Lurton, en tant que responsable d’exploitation au Château de Barbe Blanche à Lussac.

Stéphane est convaincu que les rôles du vigneron et du vinificateur ne se conçoivent qu’en tant qu’accompagnateurs de la nature, dans le plus grand respect de l’environnement. Il est important de vivre en harmonie avec celle-ci. Pour lui, en viticulture, un millésime peut se caractériser et se décomposer ainsi : 70 % la nature et un terroir, 20 à 25% les processus de vinification et 5% l’intervention de l’homme…